L’histoire d’un objet: le fusil au fond du puits

Février 2018 • par Albert GIRAUD, membre du conseil d'administration du Conservatoire

Chronique historiqueHistoire d'un objet

A. GIRAUD

Vers 1980, une famille du hameau de la Moure a voulu faire nettoyer le puits qui alimentait autrefois un jardin potager au-dessous des maisons. Quelques objets ont été retirés de la vase, la plupart sans intérêt, mais on en a sorti un morceau de bois de forme curieuse qui, une fois nettoyé, s’est révélé être une crosse de fusil. Or, on sait que si l’eau douce corrompt rapidement le métal, elle conserve parfaitement le bois (d’où l’intérêt des recherches archéologiques en cours dans les eaux du Rhône).

Si la partie métallique a disparu, la facture de la crosse, assez élégamment sculptée, est typique des années 1840-1850. On peut évidemment songer à un accident, mais il est plus vraisemblable que cette arme a été jetée volontairement dans le puits. En considérant l’objet, les lieux et les circonstances historiques, nous faisons l’hypothèse – car ce n’est qu’une hypothèse- que cet événement inexpliqué est lié au coup d’État de 1851 et à la répression qui suivit.
Le puits et le jardin situés en contrebas est du hameau de la Moure (cotés au cadastre D Coutriose 336-337) sont à ce moment la propriété de la famille Crotte, une des plus anciennes et des plus importantes du hameau.
Or, parmi les insurgés partis de La Garde-Freinet dans la colonne républicaine, figurent deux frères, bouchonniers à La Garde, mais originaires de la Moure et membres de la famille Crotte : Jacques (36 ans), et Martin (31 ans). Tous de la 2e compagnie, ils ont dû suivre la colonne jusqu’à Aups d’où ils se sont enfuis après l’attaque des soldats. À cette heure, ils sont donc en fuite et recherchés comme criminels.
À ce moment, le département est placé en état de siège et l’arrêté de désarmement du 12 décembre prévoit l’arrestation et l’incarcération des détenteurs d’armes.
Sans doute les parents des fugitifs sont-ils dans l’attente d’une immédiate perquisition des gendarmes. Dans ces conditions on peut imaginer que la famille, terrorisée par cette menace, s’est débarrassée de cette arme en la jetant au fond du puits.

Autres suggestions

1117-bible

L'histoire d'un objet : une Bible protestante à la Garde-Freinet

Novembre 2017 • par Albert GIRAUD, membre du conseil d'administration du Conservatoire

1017-chronique-historique-162-2

L'histoire d'un objet : le numéro 162

Octobre 2017 • par Albert GIRAUD, membre du conseil d'administration du Conservatoire

cacommenceparmoi

Ça commence par moi, pour ceux qui veulent changer le monde en partant de leur quotidien

Avril 2018 • par Conservatoire du Patrimoine