Quand les orchidées tirent la langue….

Mai 2013 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

Le coin des naturalistesFlore

Parmi les nombreuses espèces d’orchidées visibles dans les Maures il en est qui sont particulières, plutôt rares ailleurs en Provence et en France : les sérapias.

La fleur des sérapias est originale avec une caractéristique évidente, un long pétale tombant – nommé labelle chez les orchidées – qui évoque une langue. Les enfants ne doivent pas tirer la langue mais les sérapias le font constamment ! À partir de la mi-avril mais surtout en mai et avec parfois un prolongement sur le début de juin, les 8 espèces sont en fleur. Cette année, si pluvieuse depuis plusieurs mois, est propice au très bon développement des hampes florales. Aussi, il n’est pas rare de tomber, au gré des balades, tant dans la plaine des Maures que dans le massif, sur des pieds fleuris exceptionnels par leurs dimensions et le nombre de fleurs. Sortez vos appareils photos, c’est le moment ou jamais !
La Sérapias en langue Serapias lingua est commune dans les maquis clairs, les pelouses maigres et même dans les pinèdes. Elle est assez largement répandue au sud d’une ligne Saint-Malo – Lyon. La coloration des fleurs est variable principalement parce que la couleur du labelle varie de pourpre intense au rosâtre clair. Cette espèce forme souvent des groupes nombreux et denses … très jolis ! La Sérapias méconnue Serapias neglecta a longtemps été ignorée des botanistes ; d’où son nom ! Elle est très rare en France car uniquement présente dans le Var (principalement les Maures), les Alpes-Maritimes et la Corse. Cette rareté lui vaut une protection sur le plan national. Les fleurs s’entremêlent quelque peu sur la tige et, souvent, plusieurs tiges se côtoient donnant un aspect  » mal rangé  » à l’ensemble. La coloration des fleurs varie du jaunâtre teinté de rosé au rose pourpré.

Autres suggestions

Lis-de-mer-1

Fleur des sables

Août 2013 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

filaire2[1]

Les noms de lieux liés à la flore

Mai 2011 • par Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe

Maître Renard

Février 2012 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue