Inauguration du rucher de Blay

Juin 2012 • par Laurent BOUDINOT, directeur du Conservatoire

Sites patrimoniauxRucher de Blay

Le maire de la commune, Jean-Jacques Courchet, a inauguré jeudi 28 juin 2012 la remise en état d’un rucher daté du XVIIe siècle, appelé « l’apier de Blay », en présence de l’ensemble des acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet initié en 2010 (voir article ci-dessous).

Il a congratulé tous les protagonistes, s’est félicité de l’existence d’un nouveau site patrimonial à découvrir et de l’efficacité du Service Patrimoine de la commune.

La restauration d’un rucher du XVIIe siècle : historique

Une étude récente a montré que sous l’Ancien Régime, l’apiculture occupait une place importante à la Garde-Freinet, comme dans d’autres communes des Maures probablement.
Au XVIIe siècle, on compte près de 100 ruchers (apier, en provençal) répartis sur le territoire de la commune. Parmi ces ruchers, certains ont été protégés par un enclos en pierre sèche. L’apier muraillade du sieur Blay en est un des rares exemples retrouvés.

En 2008, ce rucher a été nettoyé, étudié (voir le n°9 de la revue du Freinet – Pays des Maures). Un projet de réhabilitation a été initié en 2010.

L’ouverture d’un sentier de randonnée

Une première opération a été conduite en juillet 2010 avec une équipe de 12 jeunes pionnières venues de Belgique. Elles ont ouvert un sentier qui contourne le barrage de Vanadal par l’ouest, permettant ainsi d’accéder au rucher et rejoindre le chemin des Neuf Riaux où se trouvent les vestiges du moulin à eau de Blanche (voir lettre d’infos septembre 2010).

La restauration du rucher

Le chantier de valorisation du rucher s’est déroulé du mois de septembre 2010 au mois de juin 2012, en partenariat avec les jeunes de l’atelier bâtiment de l’IME (Institut Médico-Educatif) de Sylvabelle, de la Croix-Valmer et par des bénévoles, amateurs de vieilles pierres. Les travaux ont concerné :

L’enclos
Reprise des pierres de chant et complément sur les murs supérieurs et sud-ouest.
Restauration du mur sud-est, pose de pierres de chants et réparation des piédroits de l’entrée.
Légère reprise du mur de soutènement inférieur.

Les rangées de dalles
Reprise des alignements de dalles : mise à niveau et complément des manques.
6 dalles ont été ajoutées sur la terrasse inférieure.

La pose de panneaux directionnels
La signalétique a été réalisée et posée par l’atelier menuiserie de l’IME de Sylvabelle. Une dizaine de panneaux a été installée depuis le village (quartier Saint-Joseph) jusqu’à la RD 558, qui sont les deux accès possibles.

La fabrication des ruches en liège
Pour l’ouverture du rucher au public, 25 bruscs (ruches en provençal) ont été fabriqués par les jeunes de Sylvabelle et installés dans le rucher.

Avant l’apparition des ruches à cadres mobiles au XIXe siècle, l’apiculture dans le massif des Maures et sa périphérie, se pratiquait dans des ruches fabriquées avec une matière première locale abondante : le liège.
Elles présentaient les avantages d’être légères, isothermes, imputrescibles et imperméables.

Cependant, ces ruches avaient une capacité réduite, qui entrainait de nombreux essaimages. Les productions étaient bien inférieures que dans les ruches modernes. Ces élevages traditionnels, souvent destructeurs des colonies, servaient à produire du miel mais aussi de la cire, utilisée pour l’éclairage.

Des essaims du Conservatoire de l’abeille noire de Porquerolles
Six ruches ont été peuplées par des essaims provenant du Conservatoire de l’abeille noire de Provence, situé sur l’île de Porquerolles. Ces essaims sont constitués d’environ 15 000 abeilles. Les reines sélectionnées sont de la race de l’abeille noire de Provence. Elles ont été implantées dans les 6 ruches.

Les protagonistes de ce projet
– Le Service Patrimoine de la commune de La Garde-Freinet
– Les jeunes des ateliers bâtiment et menuiserie et leurs éducateurs, de l’IME de Sylvabelle de La Croix-Valmer
– Les bénévoles du Conservatoire du Patrimoine
– Le Conservatoire de l’abeille noire de Provence
– Les pionnières de la 22e St-Exupéry à Charleroi (Belgique)

Comment s’y rendre au rucher de Blay ?

En partant du village (45 minutes de marche jusqu’au rucher)
Télécharger le sentier de randonnée ici
Du parking St Joseph (aire de battage), descendez le chemin St Joseph jusqu’au barrage. Au pylone électrique au-dessus du barrage, tournez à gauche et engagez-vous dans le vallon de Vanadal. Après quelques dizaines de mètres, vous aurez une très belle première vue sur le rucher, sur la rive d’en face. Traversez le cours d’eau puis prenez le sentier sur la droite et remontez vers la crête pour retrouver le rucher. Une fois sur place, attention aux abeilles: ne pas entrer dans l’enclos!

De la D558 en direction du Luc
3,6 km après la Garde-Freinet, descendez la piste à gauche sur 300m en direction du moulin de Blanche. Du Parking, marchez 15 minutes jusqu’au rucher en suivant la signalétique en place.

Profitez de cette balade pour aller jusqu’au moulin de Blanche qui a lui aussi, fait l’objet de restaurations entre 2001 et 2004.

Autres suggestions

18-ruche

Visite de la ruche B le 19 07 2018, avec sa fenêtre latérale

Juillet 2018 • par Laurent BOUDINOT

0918-brusc-2

Visite du Brusc vitré au rucher de Blay

Juillet 2018 • par Laurent BOUDINOT

070817-papillon-oeufs

Élevage 2017 - Du ver à soie au papillon

Juillet 2017 • par Laura MIRANTE