Vous avez dit endémique ?

Avril 2014 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

Le coin des naturalistesFlore

Le massif des Maures est réellement particulier : relief, géologie, climat, paysage, … C’est indéniable ! Pour ce qui est de la flore, il y a aussi des particularités.

Vous l’avez surement remarqué lors de vos balades par les sentiers escarpés vers les hauteurs : une toute petite fleur de deux tons de jaunes, nombreuses parmi les petites herbes qui poussent difficilement dans les rochers. Avez-vous été assez perspicace pour vous arrêter, vous pencher et observer attentivement cette jolie petite fleur ? Si oui, vous avez donc vu qu’il s’agissait d’une pensée. C’est la Pensée de Roquebrune. Une espèce endémique des Maures, c’est-à-dire, qu’elle n’existe que là dans le monde ! Cette espèce n’a été décrite, botaniquement bien sûr, qu’en 2004. Elle porte le doux nom de Viola roccabrunensis.


À ce jour, elle n’est connue que des Maures orientales, sur quelques stations aux Mayons, à la Garde-Freinet, à Grimaud et aux alentours du Rocher de Roquebrune sur les communes du Muy et de Roquebrune-sur-Argens. La floraison est précoce et les premières fleurs peuvent être vues dès janvier mais c’est en mars et en avril qu’elle est bien visible. Elle occupe les petites pelouses « accrochées » aux roches et où s’écoulent de petits suintements. Le sentier qui monte du village de La Garde-Freinet vers la Croix des Maures, par exemple, permet d’en voir dès la sortie de la pinède.

Autres suggestions

0120-haiku-mimosa-petite

Mimosa

Janvier 2020 • par Claudine MANHES

1017-haiku-lichene-trompette

Lichens trompettes

Octobre 2017 • par Claudine MANHES, membre du Conservatoire

0118-site-rempart-logo

Rempart, pour ceux qui veulent participer à un chantier de bénévoles de restauration de patrimoine

Janvier 2018 • par Conservatoire du Patrimoine