Papillon des Maures

Septembre 2013 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

Le coin des naturalistesInsecte

On ne peut pas le rater : il est grand, il vole très bien et il n’hésite pas à se rapprocher des lieux de vie des hommes que nous sommes. Un papillon particulièrement coloré : marron et orange vif dessus, marbré de différents couleurs peu discernables en vol dessous.

Dans les Maures il est commun pendant deux périodes : en mai et juin puis d’août à octobre. Il s’agit de la Nymphale de l’arbousier, appelé aussi Jason ou encore Pacha à deux queues. Comme ses noms l’indiquent :

¤ Cette espèce de papillon appartient à la famille des Nymphalidés. Au sein de cette grande famille, il est classé avec d’autres grandes espèces connues comme le Silène, le Grand Mars changeant ou encore le tabac d’Espagne.
¤ Sa chenille, de forme étrange avec ses cornes en arrière de la tête, se nourrit quasi exclusivement des feuilles de l’arbousier. Voila pourquoi ce papillon est commun dans les Maures … mais aussi en Corse par exemple. ¤ Si vous avez la chance de l’observer de près, vous remarquerez en arrière des deux ailes postérieures deux pointes, ressemblantes à deux paires de queues. Adulte – sous la forme d’un papillon sexué et volant donc – il est attiré par les fruits mûrs ou toutes autres matières fermentées dont la bière par exemple.
S’il vient vous rendre visite lors de l’apéro, laissez le faire : il virevolte, se rapproche du verre, se pose, se tient en équilibre comme il peut, déploie sa longue trompe et boit votre bière … vous avez tout le loisir d’observer ses formes et ses couleurs … et vous verrez que le niveau de votre verre n’aura pas baissé !

Autres suggestions

processionnaire

La processionnaire du pin Thaumetopoea pityocampa

Avril 2012 • par Céline PAIN, animatrice du Conservatoire du Patrimoine

cigale2

La cigale

Août 2012 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

La bataille navale et le siège d'Orbetello, 1646. © Wikipedia

Jacques de Cuers, seigneur de Cogolin, fondateur d'une lignée de grands marins

Décembre 2017 • par Gérard ROCCHIA, historien local