Le frelon à pattes jaunes

Mai 2014 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

Le coin des naturalistesInsecte

C. DE LOPEZ
Piège spécial posé sur la falaise sud devant le rucher. C’est un piège sélectif qui va attirer l’espèce asiatique invasive « frelon jaune » qui participe au déclin des colonies d’abeilles déjà fragilisées.Pesticides, OGM, champs magnétiques, pollution atmosphérique… sont les premiers désignés.

Découverte du frelon à La Garde Freinet : C’est en posant des pièges sélectifs autour du rucher de Blay que les apiculteurs intervenant sur les « bruscs » (ruches en liège) constatent en automne 2013 la présence du frelon asiatique appelé « frelon à pattes jaunes« . Le « Vespa Velutina » est une grosse guêpe (hyménoptère) de la famille des Vespidae, du genre Vespa.

Découverte confirmée par Jean-Yves PEREZ (Apiculteur professionnel, gestionnaire du Conservatoire de l’abeille noire au rucher expérimental de Porquerolles).

Résidence : La reine a une durée de vie d’un an et fonde sa colonie dès le printemps jusqu’au mois d’août en construisant un nid de cellulose mâchée en hauteur ou au ras du sol, parfois dans les habitations. Ce nid mesure jusqu’à 1 m et peut contenir 1500 à 8000 individus. L’hiver venu, le nid est abandonné et les femelles futures reines s’abritent dans la terre pour ressortir au printemps et fonder une nouvelle colonie.


Alimentation : Elle dépend de la période de l’année. Le frelon a besoin de glucides au début du printemps, puis de protéines pour développer la colonie. Les insectes lui procurent ces besoins (pucerons, chenilles, fourmis, papillons) et c’est en été et à l’automne où les provisions se raréfient qu’il met la pression sur les abeilles. (ITSAP mars 2013) Il sait se positionner en vol statique devant les ruches et saisir les abeilles avec ses longues pattes, décimant une ruche très rapidement (15 jours). C’est un péril pour l’entomofaune.


Risques pour l’homme : Tant qu’il n’est pas à proximité du nid, l’homme ne sera pas attaqué. En revanche la piqûre de cet hyménoptère peut causer des complications médicales fatales comme un choc respiratoire entrainant la mort : œdème de Quincke ou choc anaphylactique.

Prévention et conduite en cas de piqûre : Ne jamais s’approcher d’un nid de frelon et le signaler aussitôt aux pompiers, au G.D.S.A (Site : www.gdsa83.fr) – Si l’on est piqué il faut aussitôt approcher de la plaie une source de chaleur : cigarette allumée ou flamme car le venin sera détruit (thermolabile) et appeler les secours d’urgence

C. DE LOPEZ
Quelques spécimens asiatiques (en haut)et européens (en bas) Il ne faut pas tenter seul de se débarrasser d’un nid de frelons gênant, il faut appeler les spécialistes protégés par une combinaison spécifique ou le syndicat apicole.


Pour toute autre information sur la conduite à tenir contacter : le G.D.S.A. (Groupement de Défense Sanitaire Apicole du Var)

Autres suggestions

Ephippigere-provencale-2

La Boudrague

Août 2014 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

cigale2

La cigale

Août 2012 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

0418-salon-bio-2

Le Conservatoire au salon bio de Grimaud "La vie autrement"

Avril 2018 • par Conservatoire du Patrimoine