Le fermage de la dîme de La Mole

Juin 2021 • par Bernard ROMAGNAN

Chronique historiqueHistoire locale

0521-chronique-historique-le-fermage-dime-de-la-mole
Conservatoire
La chartreuse de la Verne.

En décembre 1764, « le Vénérable Père dom Emanuel de Jauna, procureur de la Vénérable chartreuse Notre-Dame de la Verne », signe, pour les six années à venir, l’acte d’arrentement de « la dime de tous les grains et du vin qui se perceoit et qu’on est en droit et coutume de percevoir dans le terroir de la Molle ». Les fermiers doivent payer 450 livres, somme « portée et rendue chaque année dans ladite chartreuse au jour de saint Michel ». Ce contrat qui apparait au premier abord assez banal contient pourtant deux informations originales. 

Deux actes de fermage contractés par des femmes

La première : l’acte est signé par Claire Alleman et Eliabeth Meiffredy. Les actes de fermage contractés par des femmes sont suffisamment rares pour qu’ils méritent d’être signalés. Claire Alleman et Eliabeth Meiffredy sont respectivement veuve d’Annibal Tollon, bourgeois, et de François Daulioules, négociant, tous de Cogolin. Les deux contractantes sont issues de famille fortunées et ont certainement reçu une éducation soignée. Ces veuves savent lire, écrire, compter et signent d’une main assurée. Il est vraisemblable qu’elles assurent la continuité des contrats signés les années précédentes par leur époux. Il n’en demeure pas moins que leur compétence ne semble aucunement contestée.

La seconde : les fermiers « s’obligent de faire porter toutes les années à la chapelle de Sainte-Magdelaine, le jour de la fette, deux barrils de bon vin de 25 pots chacun, pour être distribués à la manière accoutumée ». Cela nous apprend qu’au XVIIIe siècle le 22 juillet, une grande fête en l’honneur de la sainte avait lieu autour de la chapelle du village médiéval de La Mole. Cette manifestation réunissait tous les habitants, agriculteurs, journaliers des métiers de la forêt des alentours. Elle devait comprendre différentes cérémonies religieuses : procession, messe, bénédiction, mais aussi des libations profanes regroupant plus d’une centaine de convives pour partager les soixante litres de vin offerts par les rentiers de la dîme au nom des moines de la chartreuse de la Verne.

Autres suggestions

place-vieille-la-garde-freinet

Préludes d'une insurrection populaire

Avril 2017 • par Gérard ROCCHIA, historien local

0219-chapelle-Saint-roch-Grimaud-Autel

La chapelle Saint-Roch de Grimaud recèle un trésor caché qui mérite d'être découvert

Février 2019 • par Gérard ROCCHIA, historien local

odontite-2

L'odontite jaune

Octobre 2012 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue