Huppe fasciée

Avril 2019 • par Andrea FERNANDEZ de la LPO PACA

Le coin des naturalistesOiseau

0419-huppe-fasciee
Laura MIRANTE

De grande taille et d’allure caractéristique, la Huppe fasciée se reconnaît très facilement au premier coup d’œil. Sa poitrine rousse, ses ailes et son dos rayés blanc et noir et son long bec, la rendent difficile à confondre avec une autre espèce. Mais, si quelque chose rend cet oiseau si caractéristique, c’est sa grande huppe rousse terminée de taches noires. Érectile, elle est déployée quand l’oiseau se met en alerte et elle est aussitôt repliée, dès que le danger s’éloigne. Assemblée à son long bec courbé, la huppe repliée donne à sa tête une forme de pioche. Les naturalistes se sont d’ailleurs inspirés de cette forme particulière pour lui donner son nom latin : « Upupa epops », epops voulant dire pioche en grec.

Sa manière de voler, ses ailes très larges et arrondies, ainsi que leurs couleurs qui contrastent avec la celle de son corps, lui confèrent une allure de papillon en vol.
Dès la fin mars / début avril, la Huppe fasciée fait son retour en Europe après avoir passé la mauvaise saison en Afrique subsaharienne. Son régime insectivore l’oblige à migrer tous les ans dès les premiers jours du mois d’août. Son long bec lui permet de se nourrir d’insectes et d’arachnides autant à l’état adulte qu’à l’état larvaire. C’est pour cette raison que la huppe a besoin d’un milieu ouvert ou semi-ouvert avec des sols peu enherbés, voire nus, pour s’installer et aller chercher sa nourriture. Elle est donc exigeante pour l’habitat, mais nous offre cependant la possibilité de l’observer lorsqu’elle vient picorer par terre. Le caractère peu farouche de la huppe contribue aussi à son observation. Si vous n’arrivez pas à la voir, son chant, une série répétée de « houp-oup-oup », vous permettra très facilement de la reconnaître.


Peu de temps après son retour, la huppe commence sa période de reproduction. Ce n’est pas un oiseau grégaire, on l’observe régulièrement en couple. Il fait son nid dans une cavité d’arbre, un trou dans un mur, un tas de pierres ou même dans un vieux nid de Guêpier ou de Martin-pêcheur d’Europe. La présence d’une cavité est une nécessité pour l’installation d’un couple. Les nichoirs, évitant la recherche d’une cavité, sont appréciés par cette espèce et réutilisés d’année en année. La femelle pond entre 5 et 7 œufs au fond de la cavité. Après une quinzaine de jours, les oisillons viennent au monde et sont nourris par leurs parents pendant trois semaines. Ce temps passé, ils sont prêts à prendre leur envol.
Les nids de huppe ont la réputation de dégager une odeur fétide, mais celle-ci est supposée protéger le nid contre les prédateurs.

Vous avez des nichoirs où vous voulez en installer ? Vous pouvez trouver les consignes à respecter ici.

Autres suggestions

1118-chouette_hulotte@LMIRANTE_petite

La chouette hulotte

Novembre 2018 • par Aurélien AUDEVARD de la LPO PACA

Petitduc

L'oiseau du mois : Petit-duc scops, Otus scops

Mai 2011 • par Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

Emission-n-40-rayol-canadel-station-balneaire

Rayol Canadel, naissance d'une station balnéaire

Juillet 2005 • par Bernard ROMAGNAN