Lettre d'infos
du Conservatoire du Patrimoine

septembre 2016
 

 

Haïku du mois

 Claudine MANHES


Galle du chêne

Prendre une galle du chêne

Pour écrire sur la nature

 

Est un juste emprunt




© Claudine MANHES

Que s'est-il passé cet été ?

Chantiers du Patrimoine du 18 au 22 juillet

Mission accomplie pour les deux petits chantiers réalisés cet été.

Restauration de l’aire à blé de Val d’Aubert

Les quelques mètres du mur de soutènement à l’extrémité sud de l’aire ont été remontés et le dallage a été entièrement balayé pour le débarrasser de l’excédent de terre utilisé pour caler certaines pierres. Nous avons ensuite refait certains joints avec de la terre tamisée.  




Aire de Val d'Aubert, avant/après © Laurent BOUDINOT
 

Le Conservatoire de figuiers de Miremer

Réparer les dégâts causés par les sangliers va prendre du temps. Nous avons commencé par renforcer la clôture électrique, en raccordant un des trois fils à la terre. Puis, nous avons remonté les murs de la terrasse de circulation qui, depuis le versant sud, se dirige vers l’est des jardins. Il reste encore beaucoup de travail à accomplir.


Conservatoire de figuiers de Miremer, avant/après
© Laurent BOUDINOT

Conservatoire de figuiers de Miremer, avant/après © Laurent BOUDINOT
Laurent BOUDINOT
 
Don au musée

Le mois dernier, le Conservatoire du Patrimoine a eu le plaisir de recevoir  un don de Madame Marrec, qui a cédé à notre association la collection de son père, le Général Decorse, qui avait une maison secondaire à La Garde-Freinet.

Passionné d’histoire et d’archéologie, le Général Decorse avait naturellement suivi de près les fouilles conduites au Fort-Freinet par Jean Lacam dans les années 60, puis Philippe Sénac, dans les années 80. Jusqu’au moment de ces fouilles, il avait collecté de multiples fragments de poterie, ainsi que trois pièces métalliques trouvés dans les éboulis du Fort-Freinet. Ce sont ces éléments qui ont été donnés au Conservatoire.

Les plus beaux objets vont prochainement être présentés dans les vitrines du musée local, tandis que le reste du matériel céramique va rejoindre le mobilier archéologique pour étude et analyse.

Notre association tient à remercier vivement la famille Marrec-Decorse, qui, à travers ce don, participe à la préservation de notre patrimoine et à sa transmission.


Petit anneau avec son ardillon - Fort Freinet -
Coll du Gnrl Decorse © J.-M. MARREC

Boucle et chape gravée de décors géométriques - Fort Freinet - Coll du Gnrl Decorse © J.-M. MARREC
Laurent BOUDINOT

Le coin des naturalistes

Le lierre

C'est l'histoire d'une plante rampante aux belles feuilles vert sombre joliment découpées en cinq lobes triangulaires. Elle rêve d'être un arbre mais elle n'a pas de tronc. Dans le sous-bois frais où elle tapisse le sol, elle entrevoit la lumière entre les feuilles du chêne et la lumière l'attire. Le tronc du chêne est là, elle s'élance. Sur ses tiges fines où poussaient des racines adventives, des crampons apparaissent. Elle s'insinue dans les fissures de l'écorce, s'étire, enlace le tronc. Sa décision est irréversible, l'ascension se poursuit d'années en années, sa tige solidement fixée à l'arbre grossit, enfin elle atteint la canopée.

En plein jour, éblouie, ses feuilles se transforment et perdent leur belle découpure. Libérées du sol et de leur support elles sont maintenant entières, ovales et pointues à leur extrémité. Enfin, un beau jour à la fin du mois d'août, à l'extrémité de ses rameaux fous, de curieux bourgeons apparaissent qui donneront des fleurs quelques semaines plus tard. La réussite est absolue : ses fleurs disposées en petites ombelles sphériques attirent une multitude d'insectes. Pollen et nectar abondent. De cette rencontre bourdonnante naitront les fruits...


Lierre sur les troncs de chênes de Vaucron
© René CELSE


Le lierre est "hétérophylle", c'est-à-dire qu'il présente deux types de feuilles différentes, ce que l'on voit sur cette planche d'herbier. Le voir pousser sur les murs n'est pas toujours de bon augure pour la construction : ses tiges s'insinuent entre les pierres, sous les crépis et les toitures. Mais sur les vieux murs de pierre ou le lierre a été préservé ou toléré, il arrive que ce soit lui qui assure la cohésion entre les pierres et qui tienne le mur debout !

Les forestiers ont longtemps considéré le lierre comme indésirable, on l'a même appelé "bourreau des arbres". Or, le lierre n'est pas un parasite : il ne développe pas de suçoir à la façon du gui et ne se nourrit pas de la sève de l'arbre qui ne joue qu'un rôle de support.

On s'accorde aujourd'hui à reconnaitre au contraire son rôle positif dans l'écosystème forestier.

Il participe à la biodiversité à plusieurs stades de son développement : c'est une manne phénoménale pour une quantité d'insectes butineurs. Son importance tient autant de ses qualités mellifères que du fait qu'il s'agit d'une espèce commune dans toute la France et donc abondante.

Les insectes fréquemment observés sont des mouches de la famille des Syrphidae, dont plusieurs espèces sont mimétiques de l'abeille domestique comme des Eristales, des Abeilles sauvages dont une espèce est strictement inféodée au lierre (Colletes hederae), mais aussi des guêpes, des punaises, des papillons et bien sûr l'abeille domestique elle-même (Apis mellifera). On observe aussi sur le lierre des frelons (Vespa crabro), surtout attirés par la présence des abeilles qu'ils capturent pour nourrir leurs larves, à la façon du tristement célèbre frelon asiatique.

Il joue donc un rôle de premier plan à l'automne, en particulier pour les abeilles domestiques qui y trouvent un pollen d'un beau jaune doré, apport de protéines dans la ruche favorable à l'élevage du couvain d'automne, mais également un nectar assez fortement parfumé qui leur permet la production de miel.

Abeille domestique
© René CELSE


Mouche de la famille des Syrphes
© René CELSE


Vanesse des chardons 
© René CELSE 

Du miel de lierre ?

Si les conditions sont favorables (automne chaud et humide), les abeilles peuvent ramener à la ruche de grandes quantités de nectar et élaborer du miel. Apparaissant en fin de saison, il est généralement laissé aux abeilles comme provision d'hiver. Il y a une autre raison pour ne pas récolter ce miel : il a la fâcheuse propriété de cristalliser très rapidement dans les cadres des ruches où il prend l'allure de sucre cristallisé et ne peut pas être facilement extrait.

Dans le cas où l'apiculteur téméraire récolte un peu de ce miel, on découvre un miel gris jaunâtre clair, à cristallisation fine et à l'arôme rappelant l'odeur des fleurs, une rareté que peu de gens ont eu la chance de découvrir !



Abeilles sur le couvain
© René CELSE 

Miel de lierre cristallisé © René CELSE 


Pollen de lierre dans un cadre
© René CELSE 

... Les fruits du lierre

Des fleurs à l'automne, des fruits en hiver et au début du printemps cela représente un cycle opposé à la majorité des arbustes et des fruitiers des climats tempérés : le lierre offre ses fruits à une saison où ils sont rares. C'est une chance exceptionnelle pour les grives et autres passereaux qui viendront s'en nourrir et dissémineront dans leurs fientes les graines longuement préparées par la plante. Le lierre sera ainsi disposé au pied des murs, des falaises, dans d'autres sous-bois, au pied d'un nouveau chêne où l'espoir d'ascension va se perpétuer.

René Celse, apiculteur naturaliste aux Bas Oliviers
PS : Voir aussi l'excellent article sur le lierre de Mélanie ROBEAU dans la lettre d'infos de mars 2014.

Chronique géologique

De la vigne à la géologie : histoire de sols

Le sujet peut étonner dans une rubrique géologique... Et pourtant, les amateurs de "bons vins" motivés en cette saison des vendanges recherchent certains domaines produisant le vin qu'ils apprécient. Outre les cépages sélectionnés par les viticulteurs et leurs pratiques, le sol sur lequel pousse la vigne a son importance et la géologie entre en jeu...

Qu'appelle-t-on SOL ? on parle familièrement de terre, mais celle-ci peut n'être simplement qu'un niveau du sol. En effet, celui-ci est constitué souvent de plusieurs couches distinctes appelées "horizons" ayant chacun des caractéristiques de couleur, de composition, d'épaisseur, etc. L'étude des sols, appelée pédologie, est parmi tant d'autres, une discipline de la Géologie.

Le sol repose sur le sous-sol constitué de roches. Il est l'interface entre la surface couverte de végétation naturelle ou de cultures, et les roches présentes en dessous. Ses caractéristiques dépendent étroitement de cette végétation d'une part, de la nature des roches, et du climat.  

Les données biologiques et climatiques interviennent dans la destruction et altération chimique des roches du sous-sol.


La ligne rose montre l'épaisseur du sol, avec au-dessous 
la roche : schistes cristallins altérés. Il faudrait creuser bien davantage pour retrouver la zone saine.

Le sol représente une véritable usine chimique. Les éléments chimiques présents proviennent à la fois de la décomposition de la matière végétale et de l'altération chimique de la roche sous-jacente. Ils peuvent se recombiner pour donner de nouveaux composés. Ces éléments présents sont sélectionnés et absorbés par la végétation. Pour revenir à la vigne, selon la roche du secteur, elle aura à sa disposition des éléments chimiques différents en plus ou moins grande quantité (exemple : calcium, azote, phosphore, oligoéléments...). L'emploi d'engrais naturels ou chimiques ne fait que modifier l'apport minéral à la vigne et interfère dans sa croissance si certains éléments sont naturellement déficitaires. Les variétés de vignes n'ont pas les mêmes exigences, d'où une sélection des cépages en fonction du terroir. L'eau du sol dissout des éléments chimiques qui pénètrent par les racines, ils sont utilisés au cours des réactions chimiques physiologiques du végétal, produisant par exemple des composés aromatiques. Et voilà comment la géologie du sous-sol intervient discrètement.


Sols blanchâtres sur les granites du Plan-de-la-Tour


Sols rougeâtres sur les roches de la plaine des Maures

Les sols sont classés selon divers critères. Sans entrer dans le détail, d'un simple regard, le néophyte peut constater diverses couleurs à la surface, mais aussi pour les horizons d'épaisseur variable quand ceux-ci apparaissent, selon la roche du sous-sol. Ainsi, dans l'espace du massif des Maures et à proximité, chacun peut reconnaitre des sols blanchâtres sur les granites du Plan-de-la-Tour, des sols rougeâtres sur les roches de la plaine des Maures, des sols grisâtres sur les schistes cristallins des Maures occidentales. D'autres distinctions apparaissent çà et là... le tout en nuances... comme le caractère du vin !


Sols grisâtres sur les schistes cristallins des Maures occidentales
Edith PLATELET, géologue, agrégée de l’Université

Le site internet du mois

 Alpes de lumière pour ceux qui recherchent l'échange autour des patrimoines naturels et bâtis

Alpes de Lumière est une association loi 1901, créée en 1953. Elle est reconnue d’utilité publique, déclarée d’intérêt général et agréée par le ministère de l’environnement. Elle met en œuvre différentes actions de sensibilisation, de restauration et de partage des connaissances afin de valoriser des patrimoines naturels et bâtis, des savoir-faire constructifs et des paysages ruraux de Provence.

Parmi ses nombreux champs d'intervention, on retrouve les conférences qui permettent de mieux faire connaître les richesses du territoire, mais aussi les chantiers de bénévoles pour transmettre des savoirs et savoir-faire constructifs tout en sensibilisant.

Une association à (re)découvrir tout au long de l'année, les actions se succédant en fonction des saisons !

Afficher l'image d'origine

L'agenda du Conservatoire

Journées Européennes du Patrimoine 
Samedi 17 et dimanche 18 septembre - GRATUIT

> 9h30
Le village médiéval du Fort-Freinet,
avec Laurent BOUDINOT, chargé du patrimoine


[Plus d'infos...]


> 14h
Découverte de La Garde-Freinet
,
avec Laurent BOUDINOT, chargé du patrimoine


[Plus d'infos...]



> Rechercher un événement près de chez vous
Semaine Varoise de la Randonnée 
Lundi 26 septembre - GRATUIT

> 14h
Le rucher de Blay et moulin à eau de Blanche,
avec Laurent BOUDINOT, chargé du patrimoine

> Consulter le programme complet de la manifestation
Sortie membres 
Mercredi 19 octobre - GRATUIT

>
Sortie à Porquerolles,
avec Daniel BIELMANN, chargé de mission agriculture

Programme de la journée :
- Visite des collections variétales
- Présentation du projet "Copains".

Infos pratiques :
- Rendez-vous à 9h à la Tour fondue, presqu'ile de Giens - retour avec le bateau de 15h00 ou 16h30.
- Coût aller-retour bateau : 19,50 € (tarif groupe à 16,80 € à partir de 20 personnes inscrites)
- Prévoir pique-nique et chaussures de marche.

Il est nécessaire d'être membre de l'association pour s'inscrire à cette journée.

Inscription au 04 94 43 08 57 - cpatfreinet@orange.fr
 
Balades
Vendredi 9 septembre
> 15h
Découverte de La Garde-Freinet
, avec Mélanie ROBEAU, guide-conférencière et animatrice au Conservatoire du Patrimoine

[Plus d'infos...]


Dimanche 11 septembre
> 14h A cheval dans les Maures
, avec Mourad RAMOUL, accompagnateur équestre

[Plus d'infos...]


Mercredi 21 septembre
> 14h
Le conservatoire de figuiers de Miremer, avec Laurent BOUDINOT, chargé du patrimoine

[Plus d'infos...]


Samedi 24 septembre
> 10h Sur les traces des animaux
, avec Romaric IZZO, traqueur, survivaliste

[Plus d'infos...]

   
Ateliers
Lundi 5 septembre - Gratuit pour les membres
> 14h Atelier paléographie
, avec Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe

[Plus d'infos...]


Samedi 10 et dimanche 11 septembre
> Stage pierre sèche, avec Alain BOUVARD, éducateur technique spécialisé en métiers du bâtiment

[Plus d'infos...]

Mercredi 28 septembre
> 14h Atelier herboristerie, avec Charlotte MAES, herbaliste

[Plus d'infos...]
   
 

Pour tous renseignements et réservations : 04 94 43 08 57


À venir dans les Maures et le reste du Var

Visites commentées

Mercredis 14, 21 et 28 septembre à 8h45
>
Observation des oiseaux au Salin des Pesquiers

Flamants roses, hérons, tadornes de Belon, avocettes... Votre guide spécialisé, membre de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), vous livre les secrets de la faune et de la flore typiques de ces zones de refuge, sur l’un des sites les plus remarquables du littoral varois. Pour observer et reconnaître de nombreux oiseaux migrateurs.

À Hyères
Plus d'informations
auprès de l'office de tourisme au 04 9
4 01 84 50


© Norbert CHARDON

 © OT La Londe-les-Maures

Jeudi 15 septembre
> 15h,
De l'olivier à l'huile d'olive

Le domaine du Jasson vous accueille pour une balade gourmande.

Une première partie, avec un guide naturaliste, sera consacrée à la découverte du terroir : les petites Maures, le sol, les plantes, les ressources naturelles (fruits sauvages à goûter selon les saisons).

Une deuxième partie, avec l’exploitant du domaine, sera consacrée à la découverte des oliveraies (modes de culture, les variétés), du moulin (triage, nettoyage, concassage et extraction de l’huile) et enfin à une dégustation de différentes huiles d’olive.

À La Londe-les-Maures, domaine du Jasson
Plus d'informations
auprès de l'office de tourisme au 04 94 01 53 10

Jeudi 22 septembre
>
9h30 Autour de la Chartreuse de la Verne

Sur le site prestigieux de la Chartreuse de la Verne, le forestier vous propose de regarder dans le passé pour comprendre le présent. Partez à la découverte de la plus haute forêt de chênes verts de Provence, de la cathédrale de cèdres, de la bergerie de Ragusse, ainsi que de la châtaigneraie séculaire au cours de l’une des plus belles balades des Maures.

À Collobrières
Inscriptions à l'office de tourisme
04 94 48 08 00


© LCI - CDT Var
 
Conférences 
Samedi 10 septembre
> 17h Dragons et Dracs dans l'imaginaire provençal, par Dominique AMANN, spécialiste en psychoacoustique

À Méounes-lès-Montrieux, salle du conseil municipal
Plus d'informations auprès de l'ASER au 04 94 86 39 24

Vendredi 16 septembre
> 18h Nouvelles technologies pour le patrimoine, nouveaux usages et richesses nouvelles,
par Jacques Rebiere, conservateur-restaurateur


À Draguignan, 21 allée d'Azémar
Plus d'informations auprès de la Société d'Etudes Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var
au
04 94 68 38 32

Mercredi 21 septembre
> 18h Histoire naturelle de l'évolution et de la biodiversité, par Ion CEPLEANU, association Mer Nature


À La Londe-les-Maures, salle Cassin
Plus d'informations auprès de la médiathèque au 04
94 01 53 10

 
Manifestations

 

Vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 septembre
>
Dessine-moi... une tomate


Conférences, tables rondes, ateliers, animations.

Au château de la Môle
Plus d'informations
au 0
6 10 83 63 96

Vendredi 23 septembre
>
Colloque international d'archéologie

L'association Aristide Fabre fête cette année ses vingt ans d'existence. Ce colloque archéologique sera animé par cinq conférenciers d'exception et permettra au plus grand nombre, initiés ou non, de s'approprier son patrimoine.

> Consulter le programme complet

A Sainte-Maxime, Carré Léon Gaumont
Plus d'informations
auprès de l'association Aristide Fabre au  06 73 80 87 07

 

 

Samedi 24 septembre
>
6e fête de l'agriculture paysanne

Le thème central de la fête sera "de la fourche à la fourchette... Quelle agriculture pour quelle nourriture?"

Toute la journée :
- Marché paysan et associatif
- Jeux pour petits et grands
- Expositions
- Animation autour de l'apiculture

> Consulter le programme complet

Au Cannet-des-Maures, espace du Recoux
Plus d'informations
auprès de l'ADEAR 06 37 25 04 85

 
Expositions

Jusqu'au 11 septembre
>
Le club photo s'expose

D'hier à aujourd'hui, Corso 2016, travail de la lumière...

Au Plan-de-la-Tour, Ancien Presbytère
Plus d'informations
sur www.photoplan83.com

Jusqu'au 30 septembre
>
La Croix-Valmer : mémoires de rivages et de mer

Au travers de photos, films, maquettes, vestiges archéologiques, ouvrages et objets multiples, découvrez les somptueuses villas du siècle dernier, les criques et calanques « aux reflets d’argent », nos fonds marins, la pêche locale et ses produits, les plages de sable doré avec leur passé historique.

En collaboration avec l’Observatoire marin, le Conservatoire du littoral, le sanctuaire Pélagos et le Parc National de Port-Cros.

A La Croix-Valmer, villa Turquoise
Plus d'informations
auprès de la mairie au 04 94
55 13 13

Du 17 septembre au 13 novembre
>
L'enceinte moderne de Fréjus

Cette exposition organisée en plein air s'inscrit dans un programme de mise en valeur de l'enceinte moderne. Elle vient en complément du colloque "Les enceintes urbaines médiévales et modernes en Provence. Apports et limites de l'archéologie en milieu urbain". Elle se propose, au travers de panneaux synthétiques, de retracer l'histoire mouvementée de la Provence à l'époque moderne, et notamment à Fréjus, qui a conduit à la construction de cette nouvelle enceinte.

La tour circulaire, place Clémenceau, sera exceptionnellement ouverte au public, où plusieurs vues anciennes de Fréjus seront présentées.

À Fréjus, place Clémenceau
Plus d'informations
auprès de l'office de tourisme 04 94 53 82 47

 


. Document réalisé par Mélanie ROBEAU, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine

Conservatoire du Patrimoine - Chapelle Saint-Jean - 83680 LA GARDE-FREINET
Tél : 04 94 43 08 57 - Mail : cpatfreinet@orange.fr