Si ce message ne s'affiche pas correctement, vous pouvez visualiser la version en ligne.
logo Conservatoire du patrimoine

Lettre d'infos
du Conservatoire du Patrimoine
Décembre 2017

  Retour à l'accueil

Haïku du mois

Claudine MANHES


Feuilles de chêne

La chute de ces feuilles

Célébrera le printemps

Éternel retour


 © C. MANHES

 Que s'est-il passé en novembre ?

TITRE  Le moulin de l'Adrech
Le 4 novembre, une nouvelle journée de travail était organisée au moulin de l’Adrech, situé sur la colline des Moulins à l’est du village de La Garde-Freinet. Les bénévoles motivés ont répondu présent pour avancer sur différents postes :
- le nettoyage de plusieurs dizaines de mètres de murs en pierre sèche situés sur la crête, au sud du moulin. À côté des terrasses de culture, d’autres murs semblent aménager l’accès audit moulin.
- le dégagement de l’effondrement à l’intérieur du moulin. Ainsi, près des 2/3 du sol a été libéré de la terre et des pierres qui le recouvraient, laissant apparaître un magnifique carrelage en terre cuite très bien conservé, mais qu’il va falloir s’attacher à préserver désormais de toute dégradation.
Et tout cela dans une franche bonne humeur, agrémenté d’un pique-nique « maisons » qui a ravi nos sens et stimulé les travailleurs !

Une nouvelle journée sera prochainement organisée. Suivez la lettre d’informations ou adhérez à l'Association des Amis du Moulin de l’Adrech (AAMA).
Renseignements : Yves JANCLAES, Président de l'Association des Amis du Moulin de l'Adrech au 06 13 74 29 42 ou au lemoulinauxetoiles@yahoo.fr

À la pioche et à la pelle à l'intérieur du moulin. © G. MICHEL
 
Le chantier a dévoilé un très beau
carrelage en terre cuite. © M. HERBAUX

Chronique historique

TITRE Jacques de Cuers, seigneur de Cogolin, fondateur d’une lignée de grands marins
Lorsque Giovanni Domenico Cassini (1625-1712) quitte son Italie natale pour être présenté par Colbert au roi Louis XIV, il n’imagine certainement pas que trois générations d’astronomes vont suivre et contribuer à ce que son nom traverse les siècles jusqu’à aujourd’hui et soit associé aux grandes découvertes de la science moderne. Il en est de même pour Jacques de Cuers, seigneur de Cogolin, qui est son contemporain (1620-1700). C’est sur les océans, au cœur des grandes batailles navales et de la science de la cartographie marine, que le nom de la famille va perdurer sur également trois générations, et dont les travaux de cartographie marine sont encore reconnus aujourd’hui.
Jacques de Cuers descend d’une famille de la noblesse provençale remontant au XVe siècle. C’est son père, Henri de Cuers, marié à Marguerite de Vitalis, fille du seigneur de Ramatuelle, qui donne le titre de coseigneur de Cogolin à sa famille lorsqu’il achète la moitié de cette seigneurie le 3 janvier 1626 (l’autre moitié appartient à l’ordre de Malte). Dès lors, il se fera appeler : « Monsieur de Cogolin », titre dont hériteront tous ses descendants.
C’est en 1636 qu’il fait ses premières armes dans la marine. Embarqué sur « La Fourbine » en compagnie de son père, Il participe au siège des iles de Lérins, occupées par les troupes espagnoles (ces dernières se vengent en attaquant Saint-Tropez le 15 juin 1637, subissant une cuisante défaite. Les Tropéziens fêtent tous les 15 juin cette victoire par la bravade dite : « des Espagnols ») ; puis entre entre comme cadet dans le régiment des Gardes de la compagnie d’Evenos, où il participe à de nombreuses campagnes. En 1642, on le retrouve au siège de Barcelone et, en 1643, pour la première fois, lui est donné le commandement d’un vaisseau. Cette même année, après avoir pris un bateau ennemi à l’abordage, il est promu capitaine de vaisseau. Sa vaillance au combat est vite reconnue par ses hommes et par sa hiérarchie. Lors de la campagne suivante, alors que son bateau est entièrement consumé par un incendie après un abordage, il s’accroche sur les débris du navire et dérive un long moment avant qu’une chaloupe n’arrive à son secours.

Son frère, première victime navale de la famille

La bataille navale et le siège d'Orbetello, 1646. © Wikipedia
  Le 14 juin 1646, au cours du siège d’Orbetello en Toscane, il commande le vaisseau « La Baleine », mais les Français doivent lever le siège après avoir perdu beaucoup d’hommes et d’officiers dont son frère, le chevalier de Cuers de Cogolin, le premier de cette illustre famille à mourir au combat.

Durant la fronde menée contre le jeune roi Louis XIV, il assiège et prend Saint-Tropez, tenu par les frondeurs. Pour cet exploit, le Duc de Vendôme le nomme lieutenant du roi de la ville et de sa citadelle, lui donne une compagnie du régiment de Lyon et une de celui de Provence. Ces deux compagnies sont placées en garnison à Saint-Tropez.
On le retrouve lors de la prise de Cadaquès, où il s’illustre une nouvelle fois en prenant un moulin stratégique servant de fort. Il fait prisonnier un enseigne de vaisseau et vingt-cinq soldats espagnols, puis s’empare par surprise d’un gros navire qui empêchait toute manœuvre de la flotte française. La ville finit par se rendre et le duc de Vendôme, en présence de toute l’armée, attribue la victoire à Monsieur de Cogolin. Il rentre à Saint-Tropez auréolé de cette victoire.

Le premier officier de marine décoré par le roi de l’ordre de Saint-Louis

Après une campagne de deux ans contre Tunis et Alger, il envoie au roi l’étendard des galères de Tunis, ainsi que les armes de Mahomet Lassi, l’amiral des Tunisiens. Ces exploit fait dire au duc de Vivonne : « Monsieur de Cogolin, un des plus braves et des plus alertes de nos jeunes capitaines, et l’un des meilleurs dessinateurs et ingénieurs qu’il y est dans les ports. »
La bataille de Solebay, engagée contre les Hollandais, va une nouvelle fois lui permettre de faire valoir toute son intelligence et son courage. Sa réputation monte jusqu’à la cour de Versailles où, présenté au roi, il reçoit cet hommage royal : « Je sais, Monsieur de Cogolin, que vous avez sauvé les flottes combinées de France et d’Angleterre : je vous prouverai que je suis fort content de vos services. »
Nommé commandant de la marine à Toulon en 1682, il est chargé de dresser des cartes, plans et vues de la Méditerranée, dont principalement les côtes de Corse et de Sicile. Ces travaux seront publiés sous le titre « Observations des ports de la mer Méditerranée par le sieur de Cogolin, capitaine d'un des navires du roi ».
Lors de la guerre de la ligue d’Augsbourg, Jacques de Cuers reprend du service au commandement du vaisseau : « Le Florissant », armé de 76 canons. Il est accompagné de son fils, jeune enseigne de vaisseau, qui perd une jambe au cours de la bataille au large du cap Béveziers. Le roi reçoit l’année suivante les deux hommes. Il fait du père un chef d’escadre et le premier officier de marine décoré de l’ordre de Saint-Louis. Quant au fils, après avoir été fait lieutenant de vaisseau en 1691, il est promu capitaine de frégate en 1692, puis capitaine de vaisseau en 1693 à tout juste 27 ans.

Jacques de Cuers meurt à Toulon le 14 novembre 1700, laissant derrière lui une belle lignée d’officiers de marine qui honoreront fièrement la maison des « Monsieur de Cogolin ». Sa dépouille repose aujourd’hui sous le pavement de l’église Saint-Sauveur de Cogolin.

Croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. © Wikipedia
Gérard ROCCHIA 
Source :
- Interview "Jacques de Cuers Cogolin, chef d'escadre des armées navales " de Bernard ROMAGNAN - Emissions de radio de RCF Méditerranée ( Écouter )

Appel à bénévoles

Le Conservatoire du Freinet vous invite à continuer notre action bénéfique pour la sauvegarde du Verger de figuiers de Miremer. Il s'agira de poursuivre l'oeuvre entamée avec succès fin septembre dernier, à savoir la pose d'une clôture autour des restanques afin de préserver les plantations de l'incursion dévastatrice des sangliers.

Voici une belle occasion en cette période hivernale de bouger un peu nos corps endormis, de nous "ventiler les écoutilles" à l'air pur, et de partager de la convivialité autour d'un beau projet de restauration et conservation du patrimoine. Bonne nouvelle : notre projet devrait s'amplifier au printemps prochain suite à notre intégration à l'important réseau Rempart (union nationale d'associations pour des chantiers bénévoles patrimoine) ainsi qu'à la CORAC (organisme régional pour la promotion des chantiers bénévoles patrimoine).

Nous vous attendons donc le vendredi 15 décembre et samedi 16 décembre (de 9h à 17h), anciennes et nouvelles recrues... Ambiance active, nature, grillade et convivialité assurée !
Le départ se fera du parking du stade de La Garde-Freinet à 8h45. Bonnes chaussures, gants, bonnets et coupe-vent fortement conseillés.

Pour une meilleure organisation, nous vous remercions de nous prévenir de votre participation.
Contact : Yves JANCLAES , 06 13 742 942, lemoulinauxetoiles@yahoo.fr

Le site internet du mois

TITRE La mémoire oral du Var
Le site regroupe les fonds sonores réalisés par les Archives départementales du Var ainsi que les fonds donnés, versés ou déposés par des particuliers et des organismes privés et publics.

Métiers, coopératives et domaines viticoles, sport, récits et chansons en Provençal, ce sont des exemples de collectes proposées par le site. Connaissez-vous la recette de la bouillabaisse d'oeufs ? Savez-vous que, en 1800, la posidonie était utilisée comme engrais dans les vignes ? Qui est Robert Bellone ?

Vous pouvez aussi participer à la constitution et la diffusion de fonds sonores patrimoniaux, en cliquant ici.

Bonne écoute !

L'agenda du Conservatoire

ATELIERS
Mercredi 13 décembre
> 14h Atelier cosmétiques naturels "Baume personnalisé pour le visage", avec Charlotte MAES, herbaliste

Durant cet atelier, vous serez invité à réaliser un diagnostic de votre peau, puis à confectionner un baume personnalisé pour votre visage, tout cela grâce à une synergie de plusieurs ingrédients naturels simples : cire d’abeille, huile végétale et huile essentielle.

Chaque participant repartira avec son baume personnalisé confectionné lors de l’atelier. 

[Plus d'infos...]
  

Pour tous renseignements et réservations : 04 94 43 08 57 - cpatfreinet@orange.fr


À venir dans les Maures et le reste du Var

Lundis 19 et 26 décembre 2017
> 14h30 Ramatuelle, secrète sur la colline


Lorsque l'on entre dans le village de Ramatuelle, on a l'impression de pénétrer dans une place forte… Or, nul sarrasin à l'horizon depuis longtemps ! Ramatuelle est un village paisible, tranquille et sans exubérance. Voilà ce que nous vous proposons de découvrir à travers contes et histoires...


À Ramatuelle
Plus d'informations auprès de l'office de tourisme au 04 98 12 64 00

© OT Ramatuelle
  Vendredi 29 et samedi 30 décembre 2017
Mercredi 3, vencredi 5 et samedi 6 janvier 2018
> 14h30
Les contes en balade, Contes de Noël en Provence

À Gassin, départ de la table d'orientation, à l'entrée du village
Plus d'informations auprès de Martine LE CAM au 06 10 64 91 01 
CONFERENCES
Jeudi 7 décembre
> 18h Victor Hugo et l'émancipation laïque
, par Patrice DECORTE, professeur à la retraite, secrétaire du Comité 1905 de Draguignan
À Draguignan, auditorium du Pôle culturel Chabran, 660, boulevard Kennedy, Draguignan.
Plus d'informations au 04 83 95 83 32
Vendredi 8 décembre
> 18h Conférence Interactive sur le dérèglement climatique,
par Cyril DUFER, de Bio-sphère
> 18h30 Journée mondiale du Climat, par Jean JOUZEL, ancien Vice-président du Groupe Intergouvernemental d'Experts sur le Climat (GIEC).
>
21h Projection de "Une suite qui dérange, le temps de l'action", un film-documentaire de AL GORE
À Frejus, théâtre intercommunal Le Forum, 83 Bd de la Mer
Plus d'informations au 04 94 19 68 51 ou 04 94 95 55 55
Mercredi 13 décembre
> 18h Les Prés de Laure : monuments de Préhistoire dans le Haut-Var
, par Antonin TOMASSO, postdoctorant, université de Liège

À Draguignan,
Société d’Etudes Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var, 21, allées d’Azémar
Plus d'informations au 04 83 95 83 32  
Jeudi 14 décembre
> 17h30 Le parc national de Port-Cros et ses plantes remarquables
, par Anne ABOUCAYA, référente Flore terrestre, Parc National de Port-Cros.
À Hyeres, Maison de l'Environnement, 17 Rue Ernest Reyer
Plus d'informations au 06 59 57 74 58
Jeudi 14 décembre
> 17h30
Le passé englouti dans la rade de Toulon, par Jean-Pierre JONCHERAY, archéologue sous-marin
À Toulon, au Centre Archéologique du Var, 14, bd Bazeilles
Plus d'informations au 06 99 62 05 73 
Dimanche 19 décembre
> 17h30 Risques inondations en region mediterrannée
, par Georges OLIVARI, directeur de la Maison Régionale de l'eau
À Hyeres, Maison de l'Environnement, 17 Rue Ernest Reyer
Plus d'informations au 06 59 57 74 58
EXPOSITIONS
Jusqu'au 29 décembre
> Découvertes archéologiques

En 2016, l’Espace archéologique a bénéficié du dépôt de mobilier archéologique, qui jusqu’à présent était conservé au Centre Archéologique de Var.

Plusieurs dizaines de boites contenant divers objets seront ouvertes et présentées au public. Ces objets témoignent du passé archéologique de Cavalaire et seront visibles pour la première fois par le grand public.


À Cavalaire, Espace Archéologique Municipal, Maison de la Mer
Plus d'informations au 04 94 01 92 18

 Document réalisé par Laura MIRANTE, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine
Vous recevez cette newsletter car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du Conservatoire du Patrimoine.
Pour vous désabonner, cliquez ici.


Conservatoire du Patrimoine - Chapelle Saint-Jean - 83680 LA GARDE-FREINET
Tél : 04 94 43 08 57 - Mail :
cpatfreinet@orange.fr