logo Conservatoire du patrimoine

Lettre d'infos
du Conservatoire du Patrimoine
Janvier  2018

  Sommaire   Lettre février 2018 


Haïku du mois

Claudine MANHES




Passage secret


Une porte s'est ouverte

Sur un monde empli de brume


Il faut pénétrer

 © C. MANHES

 Que s'est-il passé en décembre ?

Visualiser Télécharger
Nouvelle année... nouveau guide !

En ce début d'année 2018, le Conservatoire vous annonce avec grand plaisir que le nouveau guide d'activités est sorti et que vous pouvez d'ores et déjà le consulter en ligne

La photo de couverture a été prise par Sylviane PENGAM (www.sylvimages.fr). Elle a été choisie parmi une quinzaine de photos que vous avez envoyées en répondant à l'appel à photos du mois de novembre 2017. Un grand merci à tous les participants !

Cette année encore, nous avons inclus des nouveautés :
Balade sous les étoiles : sous le calme apparent du soir, se cache en vérité une vie pleine de tumulte... Quand l'obscurité nous prive de la vue, les autres sens s'éveillent.
Premier rendez-vous : le 27 avril à 20h30.

Le moulin à vent de l'Adrech : cette balade vous propose de découvrir les principes de fonctionnement des moulins à vent et l’histoire particulière du moulin de l’Adrech, qui continue de s’écrire pour tourner demain peut-être à nouveau.
Premier rendez-vous : le 24 avril à 14h.

Et ce n'est pas tout ! Toutes les balades patrimoine sont désormais gratuites ! Profitez-en !
 
Rien de tel qu’un magnifique week-end d’automne pour participer à un chantier bénévole, qui plus est, sur un site d’exception, à Miremer.
Vendredi 15 et samedi 16 décembre, quelques courageux volontaires, qu’il faut saluer et remercier au passage - Claudine, Murielle, Guy, Yves et Alain -, ont continué à mettre en place la clôture de protection du Conservatoire de figuiers, dont les murs de soutènement sont régulièrement malmenés par les sangliers. Près de 25 m de clôture ont été installés et partiellement scellés, le tout dans une franche bonne humeur, malgré l’âpreté de l’ouvrage.

Pour participer au prochain chantier, vous pouvez vous inscrire auprès du Conservatoire du Patrimoine.

Claudine, Murielle, Yves et Guy en plein travail.
 
Le soleil d'automne sur les murs en pierre de Miremer.

Chronique historique

L'histoire controversée des reliques de Saint-Tropez
Le nom de Saint-Tropez est connu dans le monde entier et pourtant très peu de gens, sinon les initiés, en connaissent la vraie histoire. Le petit village de pêcheurs blotti au fond du golfe éponyme en est le symbole le plus marquant, mais combien de Tropéziens savent qu’il existe un autre lieu en Europe, plus exactement au Portugal, qui revendique une partie de son histoire ? Mais quelle est-elle ? Probablement un mélange de fondement historique et de légende.
Un martyr de la foi chrétienne.
Nous sommes en l’an 68 de notre ère, à la fin du règne de l’empereur Néron. Le 24 avril, ce dernier arrive à Pise (Italie) pour inaugurer un temple dédié à Diane, déesse de la chasse. Comme à l’accoutumée, il demande à être reconnu Dieu et César mais, à la stupeur générale, une voix s’élève pour nier toute divinité impériale et parler d’un Dieu unique. L’étonnement est d’autant plus grand que la personne qui vient de s’exprimer n’est autre que le chevalier Caïus Sylvus Torpes, chef du palais et de la garde impériale de Pise, ami personnel de Néron. L’affront ne peut rester impuni et seule la mort peut laver l’honneur impérial ainsi bafoué. Que le supplice commence ! Jeté en pâture aux lions, ces derniers se couchent à ses pieds. C’est finalement le tranchant bien affuté d’une lame sur le cou du nouveau martyr qui mettra fin à l’épisode.
Pourtant, cette histoire va avoir un rebondissement inattendu. Pour éviter que le corps ne soit récupéré par ses amis, il va être placé sur une barque que l’on va soumettre aux colères et aux courants de la mer. Un coq et un chien seront du voyage, chargés de s’en nourrir et le faire définitivement disparaître avant que les flots ne rejettent cet hétéroclite équipage sur la grève. C’est pourtant ce qui va arriver. Après vingt jours de mer, suivant les caprices du courant ligure, la frêle embarcation va entrer doucement, le matin du 17 mai 68, dans un golfe accueillant. Là, une vieille femme nommée Célerine, accompagnée de quelques hommes, va découvrir cette barque dont elle avait eu la veille la vision en songe. Le corps martyrisé va être drapé dans un linceul, enterré et vénéré au point de devenir rapidement le protecteur de la petite communauté. C’est ainsi que Caïus Sylvus Torpes, sanctifié par son martyre et francisé par le peuple va définitivement entrer dans la légende sous sa nouvelle identité : Saint-Tropez. Depuis, les siècles ont passé et cette légende a survécu. Des écrits ont ressurgi, d’autres sont venus les compléter.

Et c’est pourtant là que commence le mystère.
Placide COSTANZI, "Martyr de Saint-Tropez", Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise © www.robinkincade.com  J.B. CAGNAROLI, "rejet de la tête de Saint-Tropez", Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise ©www.italiavirtualtour.it 
Où se trouvent les restes du saint ?
A la fin du VIIIe siècle, l’actuelle région du Var va subir une invasion sarrasine sans précédent. L’histoire dit que pour soustraire les reliques du saint à la profanation des infidèles, le prieur Avit les aurait transférées en lieu sûr, aujourd’hui toujours inconnu. Et c’est là que les choses se compliquent. Pierre de Natal, dans son « De sanctis in mense maïo occurentibus » (tome V, chap 8) situe l’arrivée de la barque en Espagne, dans un port dit Sinos (et d’autres Sinus). En revanche Honoré Bouche, dans sa « Chorographie et Histoire de Provence » de 1664, pense que de Natal a pu confondre Sinos ou Sinus en Espagne avec le Sinus Sambracinatus, l’actuel golfe de Saint-Tropez. La remarque parait d’autant plus logique lorsque l’on sait que ce Sinos se situe sur la côte atlantique, au sud du Portugal, un itinéraire bien long et plus qu’incertain pour une si frêle embarcation.
Pourtant, on apprend dans un ouvrage intitulé « Histoire de Saint-Tropez, S. Torpe, martiro Pisano » que les frères de la compagnie de Jésus traduisirent en Portugais le martyrologue romain et qu’ils placèrent Saint-Tropez parmi les saints du Portugal. Ils ajoutaient que ces reliques avaient été transportées à Sines, plage du diocèse d’Evora. En fait, les Provençaux, après l’invasion des Sarrasins, ne purent démontrer qu’ils étaient en possession des reliques. Le pape Sixte V ordonna donc de faire des recherches à Sines. Au cours des fouilles, le corps d’un martyr fut retrouvé. Tout le monde pensa qu’il s’agissait du martyr pisan ; on le plaça en grande pompe sur le principal autel de l’église et dès lors s’opérèrent de nombreux miracles et guérisons. Plus tard, les Bollandistes déclarèrent qu’il ne pouvait pas s’agir de Saint-Tropez, mais la tradition était inscrite et on continua à lui imputer ces faveurs divines.
La "praia de São Torpes" sur la carte.

Le panneau indicant la plage ( "praia" en portugais ) de São Torpes. 

C’est pour cette raison qu’il existe aujourd’hui encore au Portugal un lieu appelé « Praia de Sao Torpes » (plage de Saint-Tropez).
Si les ossements sacrés continuent à garder leur mystère, on sait que la tête du saint est précieusement conservée à Pise et qu’un morceau du crane est vénéré également à Gênes. Italien, Portugais, Français ? Le mystère demeure mais s’il reste une certitude aujourd’hui, c’est que le nom de ce saint martyr est connu dans le monde entier, et c’est peut-être là que réside le miracle. 
Gérard ROCCHIA
 Sources :
- François Coppola, Saint Tropez : Histoire de Saint-Tropez. S. Torpe. Martiro Pisano
- Joseph Rosati : Saint-Tropez à travers les siècles. Etudes historiques. Les amis de la citadelle

Le site internet du mois

 
 
Au mois de décembre, le Conservatoire du Patrimoine a adhéré à REMPART, un mouvement associatif de sauvegarde du patrimoine, créé en 1966 de la volonté du Touring Club de France, dans la perspective d'organiser des chantiers dès 2018.

Les associations membres de l'Union REMPART ont toutes en commun la volonté de restaurer et sauvegarder un élément du patrimoine et de lui redonner vie. Plus de 800 sites d'époques et d'importances variées à travers la France entière ont étés pris en charge : un lavoir en Midi-Pyrénées, un fort en Rhône-Alpes, des maisons de village en Poitou-Charentes, un château en Languedoc-Roussillon, une blanchisserie en Pays-de-la-Loire, des moulins en Nord-Pas-de-Calais, etc.


Pas besoin de compétences particulières pour participer à un chantier de bénévoles de restauration du patrimoine, l'envie de participer à un projet utile et collectif suffit !

L'agenda du Conservatoire

ATELIERS
 Atelier paléographie Conservatoire du Patrimoine du Freinet
Atelier paléographie, avec Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe
> Lundi 8 janvier à 14h

À partir du fonds d'archives communales de La Garde-Freinet et d'actes notariés d'origines variées, cet atelier vous propose d'apprendre à déchiffrer les écritures et les abréviations des textes anciens.
 
[ Plus d'infos ... ]
 
Atelier herboristerie "Tisane de l'hiver", avec Charlotte MAES, herbaliste
> Mercredi 17 janvier à 14h

Notre système immunitaire est, durant l’hiver, sollicité plus qu’à l’accoutumée. Nous avons besoin de prendre soin de lui afin de l’aider à maintenir ce précieux équilibre qui régit notre organisme.

Durant cet atelier, 3 plantes médicinales de Provence seront mises à l’honneur : l’églantier, le sureau et le thym. Nous découvrirons comment elles peuvent nous accompagner à passer un hiver en bonne santé.
Nous les dégusterons sous formes de tisanes séparément puis ensemble.

Pour tous renseignements et réservations : 04 94 43 08 57 - cpatfreinet@orange.fr


À venir dans les Maures et le reste du Var


 © Domaine du rayol
Vendredi 19 janvier
>
14h L'odyssée des Mimosas


Et si les mimosas étaient en réalité des Acacias ? Seraient-ils alors capables de nous cacher d’autres secrets ? Partez pour un véritable tour du monde des mimosas au Jardin des Méditerranées afin de mieux connaître cette grande famille. Tous originaires d’Australie, d’Afrique ou d’Amérique, certains d’entre eux ont su s’adapter et s’installer dans nos contrées, au point même, parfois, d’y devenir envahissants.

Au Rayol-Canadel, Domaine du Rayol
Inscriptions au
04 98 04 44 00


Dimanche 21 janvier
> 10h30 Visite du site antique du domaine de Ramatuelle
Les fouilles au domaine de Ramatuelle à Brignoles ont permis de mettre au jour les vestiges d'une villa gallo-romaine. Visitez ce site avec Marc Borréani, archéologue, avec l'aimable accueil des propriétaires du domaine.

À Brignoles, au domaine de Ramatuelle, Route de Bras
Plus d'informations au 04 94 72 04 21


> 14h30 Visite du cellier Marius Caïus
Pendant la visite, vous seront presentées les techniques actuelles de culture et de vinification, avec une dégustation de vins. Visite commentée par un membre du cellier Marius Caïus et Mme Audray Allègre, guide-conférencière du Pays d'art et d'histoire.

À Pourrières, Place du château
Plus d'informations au 04 94 72 04 21

CONFERENCES
Samedi 27 janvier - Entrée libre
> 17e Rencontres Histoire et Patrimoine des Maures,
Organisées par le Conservatoire du Patrimoine du Freinet et la commune de Grimaud.
Une série de mini-conférences vous sera proposée toute la journée par des intervenants de grande qualité.
À Grimaud
Programme à venir
Lundi 8 janvier
> 15h
Aux sources de nos instruments provençaux
, par Maurice GUIS, ancien professeur de galoubet-tambourin au conservatoire d'Aix et Président de l'Académie du Tambourin
À Six-fours-les-Plages, théâtre Daudet, 100 avenue du Maréchal de Lattre De Tassigny
Plus d'informations au 04 94 88 64 45
Mercredi 10 janvier
> 18h
Le Provençal Varois : entre unité et diversité, par Jean-Luc DOMENGE, majoral du Félibrige, enseignant chercheur

À Draguignan,
Société d’Etudes Scientifiques et Archéologiques, 21, allées d’Azémar
Plus d'informations au 04 83 95 83 32  
Mercredi 17 janvier
> 18h30
Ciné-conférence "Les Pyrénées - de l'Atlantique à la Méditerranée", Par Eric MONTARGES, film de Jean-Luc DIQUELOU.
À Vidauban, auditorium du collège Paul-Émile Victor, 500 boulevard Coua de Can
Plus d'informations au 06 86 90 72 73
Mercredi 17 janvier
> 18h Racines,
par Ion CEPLEANU de l'association Mer Nature
À La Londe-les-Maures, salle Cassin, rue Aristide Perrin
Plus d'informations au 04 94 01 53 10
Jusqu'au 20 juin
>
Souvenirs et objets du XXe siècle

Présentation de la donation du Bousquet faite à la ville de La Seyne-sur-Mer par l'intermédiaire du service d'archives, comprenant de nombreux objets de la vie quotidienne d'une famille provençale. Les objets présentés rappelleront à chacun des visiteurs leur enfance ou des objets de leur passé.

À la Seyne-sur-Mer, musée Balaguier, 924, corniche Bonaparte, Balaguier
Plus d'informations au 04 94 94 84 72

 Document réalisé par Laura MIRANTE, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine
Vous recevez cette newsletter car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du Conservatoire du Patrimoine.
Pour vous désabonner, cliquez ici.


Conservatoire du Patrimoine - Chapelle Saint-Jean - 83680 LA GARDE-FREINET
Tél : 04 94 43 08 57 - Mail :
cpatfreinet@orange.fr